Exploitation des terres rares à Ampasindava : L’OSCIE au cœur de la protection des communautés locales

Exploitation des terres rares à Ampasindava : L’OSCIE au cœur de la protection des communautés locales

La presqu’île d’Ampasindava, située dans le district d’Ambanja, fait l’objet d’une attention soutenue en raison du projet d’exploitation de terres rares, suscitant des préoccupations tant parmi les communautés locales que les organisations de la société civile depuis plus d’une décennie. Dans le cadre du projet « Appui aux structures locales face au développement des projets extractifs dans les zones à forte potentialité des ressources naturelles : cas du projet d’exploitation des terres rares dans la presqu’île d’Ampasindava, district d’Ambanja », financé par le GEF SGP (Global Environment Facility – Small Grants Programme), l’Organisation de la Société Civile sur les Industries Extractives (OSCIE) s’est engagée de manière proactive pour soutenir les communautés locales face aux enjeux complexes de ce projet.

Inquiétude

Bien que le projet d’exploitation des terres rares se trouve actuellement en phase d’exploration, le Coordonnateur National de l’OSCIE, Clément Rabenandrasana, a indiqué que le passage en phase d’exploitation pourrait se concrétiser cette année. Cependant, il met en évidence les lacunes existantes dans les données disponibles concernant les avantages réels de l’exploitation par rapport aux coûts environnementaux et sociaux. Dans le cadre de son action, l’OSCIE a entrepris un diagnostic approfondi des zones d’intervention du projet, s’engageant dans des consultations avec les représentants des communautés locales pour appréhender leurs inquiétudes quant à l’impact potentiel du projet sur l’environnement.

Localisation de la péninsule d’Ampasindava et délimitation des unités paysagères

Risque de déplacement forcé

La concession minière, s’étendant sur 300 km2, couvre un tiers de la presqu’île d’Ampasindava, avec le reste classé en aire naturelle protégée. Cette configuration suscite la crainte de déplacements forcés pour une quinzaine de villages en cas de début d’exploitation. Les procédés d’extraction et de raffinage des terres rares, reconnus pour leurs impacts environnementaux, ajoutent une couche d’inquiétude supplémentaire. Les terres rares, qualifiées souvent de métaux stratégiques, jouent un rôle crucial dans la transition énergétique, étant utilisées dans la fabrication de panneaux photovoltaïques et de batteries de voitures électriques. Néanmoins, leur exploitation doit être minutieusement évaluée pour minimiser les conséquences négatives.

Autonomisation communautaire : : renforcement des capacités et sensibilisation

Dans le cadre du projet « Appui aux structures locales », l’OSCIE a initié des interactions avec les autorités locales en vue de renforcer les capacités des communautés et de favoriser l’accès à l’information. L’objectif est d’autonomiser les habitants en les informant de manière exhaustive sur l’évolution du projet, les préparant ainsi à participer activement aux processus de prise de décision.

En parallèle, des actions d’investigations continues et des sessions de formation sur les doléances sont planifiées. Ces initiatives visent à habiliter les communautés à entreprendre des actions légitimes dans la revendication de leurs droits, tout en sensibilisant aux pratiques les plus efficaces. La reconnaissance du risque lié au manque d’information, rendant la population locale vulnérable, incite l’OSCIE à remédier à cette situation en fournissant les ressources et les connaissances nécessaires.

En conclusion, l’OSCIE s’affirme comme un acteur essentiel dans la protection des intérêts des communautés locales face à des projets extractifs controversés. Son engagement proactif pour renforcer les capacités et autonomiser les habitants reflète la volonté de garantir que les décisions prises tiennent compte des impacts sociaux, environnementaux et économiques à long terme, dans le cadre du projet « Appui aux structures locales face au développement des projets extractifs dans les zones à forte potentialité des ressources naturelles : cas  du  projet d’exploitation des terres rares dans la presqu’île d’Ampasindava, district d’Ambanja », financé par le GEF SGP.