De la mine à l’éducation : 50 enfants de Betsiaka retrouvent l’école grâce au partenariat OSCIE-FCIL

De la mine à l’éducation : 50 enfants de Betsiaka retrouvent l’école grâce au partenariat OSCIE-FCIL

L’éducation, pierre angulaire du développement d’une société, se trouve parfois compromise dans des zones où le travail des enfants dans les mines aurifères prédomine.  C’est dans ce contexte que l’OSCIE Madagascar (Organisation de la Société Civile sur les Industries Extractives) a initié le projet « Lutte contre le travail des enfants dans les sites aurifères de Betsiaka, district d’Ambilobe, région DIANA ». Le 12 octobre 2023, une avancée significative de ce projet, financé par le Fonds Canadien d’Initiatives Locales, a été marquée la distribution de kits scolaires et le règlement des frais annexes, permettront aux enfants victimes de reprendre l’école.

Distribution de kits scolaire par OSCIE

Au cœur des terres où l’or scintille, un sombre paradoxe se dessine. Dans la commune rurale de Betsiaka, la jeunesse énergique se retrouve malheureusement encore confrontée au dur labeur dans les mines d’or. Certains petits sont chargés de transporter des fardeaux, atteignant jusqu’à 50 kg de roches, tandis que d’autres se lancent involontairement dans des excavations abyssales de 20 à 80 mètres de profondeur. Aussi, certains enfants passent-ils leurs journées les pieds dans l’eau, à tamiser et nettoyer les pierres, alors que d’autres se lèvent en pleine nuit pour balayer des zones spécifiques. Tout cela, dans une quête effrénée de dénicher le précieux or, dont la vente et la gestion sont souvent confiées aux mains des parents.

Cette réalité quotidienne entrave la possibilité pour les enfants d’aller à l’école. La motivation ainsi que les raisons convaincantes de fréquenter l’école leur échappent de plus en plus. Pour ceux qui ont tenté l’expérience, beaucoup ont abandonné. Ils sont découragés en raison des défis insurmontables liés à la scolarité : de longue marche, l’estomac vide sur les bancs, les frais de scolarité… Et surtout, lorsque l’on évoque le fait d’aller à l’école pour assurer un avenir financier, le chemin semble ardu et lent. Pour ces jeunes, l’or apparaît comme une alternative pratique et plus accessible.

Tamisage d’or dans la commune rurale de Betsiaka

Transition positive vers l’éducation

Face à ces circonstances, l’idée d’envoyer un enfant à l’école s’est graduellement éloignée de la tradition culturelle de la population de Betsiaka. Seuls quelques-uns manifestent encore le désir d’éduquer leurs enfants. Une réalité d’autant plus déchirante que cette minorité rencontre des obstacles financiers considérables. Dans le but de remédier à cette situation, l’OSCIE s’est associée au Fonds Canadien d’Initiatives Locales pour lancer un projet intitulé « Lutte contre le travail des enfants dans les sites aurifères de Betsiaka, district d’Ambilobe, région DIANA« . Parmi les nombreuses actions envisagées dans le cadre de ce projet, la réinsertion scolaire et/ou la scolarisation des enfants impliqués dans les travaux des sites aurifères occupent une place centrale.

Après les temps sacrifiés dans les carrières minières, le petit se réjouit de reprendre le chemin de l’école!

Au cours du mois d’octobre dernier, 50 bénéficiaires ont été identifiés, comprenant 25 filles et 25 garçons issus de 36 ménages. Cette statistique est sujette à des évolutions. Les critères de sélection ont été soigneusement établis, mettant l’accent sur la volonté exprimée par l’enfant et ses parents. De plus, une priorité a été accordée aux parents en proie à d’importantes difficultés financières, ainsi qu’aux mères célibataires, aux veuves et à celles qui ont la charge de nombreux enfants. Ce projet vise à offrir une lueur d’espoir éducative aux enfants victimes du travail dans les mines aurifères, tout en promouvant un secteur extractif responsable, éloigné de toute implication des enfants.

Les parents sont présents lors de la séance de distribution de kits scolaires, démontrant ainsi leur engagement.

Distribution de Kits Scolaires

Le 12 octobre dernier, les bénéficiaires provenant des fokontany de Mantalimaro, Labeka, Ampiamonina, Ankatoko et de Betsiaka ont été rassemblés à la commune rurale de Betsiaka. Une remise de kits scolaires a été réalisée afin de permettre à ces cinquante enfants de retrouver le chemin de l’école. Chacun de ces kits est équipé d’un cartable arborant les logos du Fonds Canadien d’Initiatives Locales et de l’OSCIE. En outre, ces kits comprennent cinq cahiers, dont deux de 200 pages et trois de 100 pages, une règle, une ardoise, trois stylos de couleurs différentes (bleu, rouge, vert), ainsi qu’une gomme.

Kits scolaires distribués par OSCIE, en partenariat avec FCIL

Les parents et les enfants ont exprimé leur gratitude pour cette initiative, comme en témoigne RAHARIMANANA Maurile, un père de famille, qui a déclaré : « Nous sommes vraiment reconnaissants envers l’OSCIE. Ils ont encouragé nos enfants à choisir les études plutôt que de travailler dans les sites aurifères. Nous nous engageons à fournir des efforts de notre côté afin de garantir la continuité des études de nos enfants jusqu’à leur achèvement». De même, Charna Ernestine, une fillette, a partagé son appréciation en disant : « Les fournitures sont vraiment appréciées. J’ai trouvé tout le nécessaire pour l’école, et je suis convaincue que cela me sera d’une grande aide pour réussir dans mes études ».

En complément de la distribution des kits scolaires, l’OSCIE en collaboration avec le FCIL, a pris en charge les droits d’inscription et les frais annexes de chaque élève, d’un montant de 15 000 à 25 000 Ariary. Cette somme a été remise au responsable de l’école, permettant ainsi à ces enfants de débuter immédiatement l’année scolaire.

La Directrice d’Ecole a reçu les frais annexes liés à l’inscription scolaire des bénéficiaires

Exploration des opportunités économique

La confirmation que les difficultés financières constituent l’une des principales entraves à la scolarisation des enfants a renforcé la pertinence de ce projet soutenu par le FCIL. Dans le cadre de cette initiative, l’OSCIE a entrepris un inventaire des opportunités prometteuses dans la région, en conduisant des entretiens avec les parents bénéficiaires. L’objectif est de les accompagner dans la mise en place d’activités génératrices de revenus, leur permettant ainsi de répondre aux besoins de leur famille y compris la scolarisation de leurs enfants. Les suggestions les plus fréquemment avancées incluent le commerce de produits de première nécessité, l’agriculture et divers petits entrepreneuriats. La concrétisation de ces propositions est à suivre…