Création d’une communauté pratique : Pour un engagement renforcé et une collaboration étroite des parties prenantes

Création d’une communauté pratique : Pour un engagement renforcé et une collaboration étroite des parties prenantes

Dans le cadre de la lutte contre le fléau du travail des enfants dans le secteur minier, deux réunions d’importance ont récemment été organisées, marquant ainsi une avancée significative vers une collaboration renforcée et un partage accru d’expériences et de connaissances. Ces réunions, qui se sont déroulées les 05 et 26 mars 2024 à l’Hôtel Le Louvre Antaninarenina, ont vu la participation de l’OSCIE (Organisation de la Société Civile sur les Industries Extractives) et ont rassemblé des représentants de diverses entités engagées dans ce domaine.

Création

La première réunion, qui s’est tenue le 04 mars, avait pour objectif principal la mise en place d’une communauté de pratique. Lors de l’intervention de Madame RAKOTOSAMIMANANA FANOMEZANTSOA Mirana, country director de l’ONG PACT, les objectifs de cette initiative ont été exposés. Il s’agissait essentiellement de promouvoir une meilleure communication, un échange et un partage d’expériences entre les organisations partageant la même mission. En d’autres termes, cette communauté vise à réunir les ONG opérant dans le même domaine afin de favoriser les contacts et la collaboration. La coordination est assurée par le Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Fonction Publique, l’entité responsable de la lutte contre le travail des enfants. Cette communauté regroupe plus de 35 organisations, comprenant diverses entités publiques, ministérielles et ONG nationales et internationales et d’autres acteurs de la société civile, toutes engagées dans la lutte contre le travail des enfants.

Photo de groupe lors de la réunion de création de la communauté de pratique
Mars 2024

Renforcement de Collaboration

Au cours des présentations des activités respectives des entités présentes, il est apparu clairement que chaque organisation œuvre pour la même cause, à savoir la lutte contre le travail des enfants. Il a donc été suggéré qu’une union des forces serait une manière efficace de renforcer les actions entreprises et atteindre les résultats escomptés. Cependant, cela ne signifie pas que la communauté se substituera au travail de chaque organisation. Son rôle principal consiste plutôt à faciliter l’échange de bonnes pratiques et de leçons apprises, adaptées aux contextes spécifiques, afin que les autres puissent en tirer profit. Cet événement a donc été une occasion propice non seulement pour la création officielle de cette structure Communautaire, mais aussi pour définir les stratégies de communication des membres, telles que les canaux de communication et la fréquence des réunions.

Rencontre et Échange d’Expertise

Moins d’un mois après l’établissement de la communauté de pratique, la deuxième réunion s’est tenue le 26 mars. Elle a offert aux participants l’opportunité de partager leurs connaissances et expériences dans les domaines de la chaîne d’approvisionnement, de la diligence raisonnable et de la lutte contre le travail des enfants dans le secteur minier, en mettant particulièrement l’accent sur les expériences à Madagascar et en République Démocratique du Congo. Les intervenants, principalement représentants de l’ONG PACT, étaient présents en personne tandis que d’autres, situés à l’étranger, ont rejoint la réunion en ligne, a enrichi les échanges en offrant des perspectives variées et internationales. L’objectif était de stimuler l’apprentissage et le partage d’expériences au sein de la communauté de pratique, tout en améliorant la capacité de réponse individuelle et collective des organisations engagées dans la lutte contre le travail des enfants dans le secteur minier. Cette rencontre a permis des présentations détaillées sur les normes internationales, les bonnes pratiques et les leçons tirées des expériences concrètes sur le terrain. Les participants ont manifesté un vif intérêt pour les discussions, témoignant ainsi de leur engagement envers la lutte contre le travail des enfants dans le secteur minier, ce qui peut être attribué à plusieurs raisons logiques.

Représentants des différents organisations, œuvrant pour la lutte contre le travail des enfants
Mars 2024, Source : OSCIE

Engagement de l’OSCIE avec le soutien du FCIL

L’Organisation de la Société Civile sur les Industries Extractives (OSCIE) est un membre actif de cette communauté de pratique. Il est à noter que nous sommes actuellement engagés dans la mise en œuvre du projet « lutte contre le travail des enfants dans les sites aurifères de la commune rurale de Betsiaka, district Ambilobe, région DIANA », qui est financé par le Fonds Canadien d’Initiative Locale (FCIL). Dans cette région, de nombreux enfants sont confrontés une réalité difficile liée au travail des enfants, notamment le creusage de trous profonds, le tamisage d’or sous un soleil brûlant, les pieds dans l’eau, ainsi que le transport de pierres lourdes depuis les sommets des montagnes. Cette situation découle de la recherche d’un gain financier rapide dans les sites aurifères, ainsi que de la nécessité de subvenir aux besoins de leur famille. Malheureusement, cela entraîne souvent l’abandon de l’école, des mariages précoces voire forcés, des maladies, voire même la mort, privant ainsi ces enfants d’une enfance heureuse. L’OSCIE est honoré de pouvoir participer à de telles initiatives afin d’apprendre des expériences des autres tout en partageant les siennes.